CarlHester_Features_20PN_97734.jpg

Carl Hester discute de ses craintes concernant les médias sociaux et le sport

Avec les débats dans le monde du dressage autour des chapeaux et des casques haut de gamme, un seul sujet équestre qui a récemment gagné beaucoup de terrain en ligne, Carl Hester craint que les médias sociaux ne dissuadent les jeunes cavaliers de concourir.

«Les gens en ligne peuvent devenir assez grossiers, sauvages même à cause de certaines des choses que j’ai vues écrites sur les gens simplement parce qu’ils voudraient peut-être porter un chapeau haut de forme», dit Carl dans l’épisode 24 du podcast Le Blog Des Ecuries. «Il faut que ce soit un débat sérieux – il s’agit de la vie des gens après tout – mais cela ne devient pas aussi vicieux que je l’ai vu.

«Ceux d’entre nous qui viennent d’une époque où il n’y avait pas de réseaux sociaux se sont contentés de penser que si vous n’offensiez pas les gens, ils vous aimaient probablement, et vous les aimiez», ajoute Carl, qui a fait partie d’une équipe britannique en 1990, et est maintenant cinq fois olympienne. «Mais nous sommes maintenant entrés dans cette ère de médias sociaux, et soudainement vous vous rendez compte qu’il y a un groupe de gens qui semblent se donner pour mission d’être méchants. Ils ne pensent pas à vous en tant que personne, et je sais que la plupart ne le diraient pas à mon visage ou au visage d’un autre cavalier. « 

Bien que Carl ait lui-même été victime d’abus en ligne, il est plus préoccupé par l’impact que les effets négatifs des médias sociaux peuvent avoir sur les jeunes coureurs, ainsi que par leur bien-être mental et leurs ambitions dans le sport.

«Je ne veux pas que les gens, en particulier les jeunes cavaliers, grandissent et soient confrontés à certaines des choses qui sont écrites en ligne – cela vous fait vous demander pourquoi vous voudriez un jour concourir à nouveau, alors que vous passez tout votre temps à vous soucier de qui pourrait vous filmer et le mettre devant d’autres personnes pour qu’ils puissent vous déchirer.

«Ce n’est pas facile maintenant de sortir et d’être vous-même, si vous êtes toujours inquiet de ce que les autres vont dire», ajoute Carl, qui admet qu’il n’est pas différent des autres pilotes en pensant de cette façon. «J’ai toujours aimé la compétition, mais au cours des dernières années, je me demande toujours ce que l’on pourrait dire de cette performance ou de celle-là, si quelqu’un a pris une photo de mon cheval qui n’était pas à son meilleur et l’a mise en ligne.

Suite ci-dessous…


Comme ça? Vous pourriez également apprécier la lecture de ceux-ci:

Pour Carl Hester, gagner l’argent aux Championnats d’Europe de dressage à Windsor en 2009 est un souvenir qui ne sera jamais

Si vous souhaitez vous tenir au courant des dernières nouveautés du monde équestre sans quitter la maison, prenez un abonnement H&H


«Mais il vous suffit de faire confiance à votre système d’entraînement, d’être juste envers le cheval et de viser une façon correcte de monter et de s’en tenir à cela. Essayez d’en profiter. La compétition peut être très amusante, et c’est vraiment ce que nous visons tous, alors allez-y et essayez d’aimer chaque minute. Je déteste l’idée que les gens soient rebutés en compétition à cause d’un très petit groupe qui, apparemment, ne veut pas que nous en profitions. « 

Le magazine Le Blog Des Ecuries, sorti tous les jeudis, regorge de toutes les dernières nouvelles et rapports, ainsi que des interviews, des spéciaux, de la nostalgie, des vétérinaires et des conseils de formation. Découvrez comment vous pouvez profiter du magazine livré à votre porte chaque semaine, ainsi que des options de mise à niveau pour accéder à notre service en ligne H&H Plus qui vous apporte des nouvelles de dernière minute ainsi que d’autres avantages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Sur le même sujet

A lire aussi