grass-sickness-EGS-credit-Professor-Chris-Proudman-University-.jpg

Espoirs de recherche sur le mal des graminées avec le lancement d’un nouveau projet Cheval et chien

Une «approche innovante» de la recherche sur le mal des graminées équines (EGS) pourrait apporter des réponses sur la maladie – car les propriétaires sont encouragés à signaler les cas.

La Fondation Moredun et l’Equine Grass Sickness Fund (EGSF) ont uni leurs forces pour lancer une bourse de trois ans pour «insuffler une nouvelle réflexion» sur la recherche sur la maladie. Le boursier sera basé à l’Institut international de recherche de Moredun, avec pour objectif principal de créer une base de données nationale et une biobanque d’échantillons rassemblant des échantillons de chevaux, de sols et de plantes.

Kate Thomson de EGSF a dit H&H le nouveau projet consiste à «prendre du recul» et à examiner ce qui manque à la recherche actuelle.

«L’un des problèmes que nous rencontrons actuellement est qu’il n’existe aucune sorte de collecte cohérente d’échantillons dont les scientifiques ont besoin pour leurs recherches. Nous prévoyons de faire appel à l’expertise considérable des propriétaires et d’autres associations caritatives équines en tant que «détectives EGS» pour soumettre des rapports de cas et des échantillons à la biobanque », a-t-elle déclaré.

«Le boursier sera supervisé par un groupe directeur d’experts et aura accès à des scientifiques du monde entier de différents domaines tels que les experts en herbe, en champignons et en botanique. Nous espérons qu’en construisant la biobanque, les scientifiques seront en mesure de répondre à des questions telles que « Qu’est-ce qui est différent, pourquoi ce cheval l’a-t-il obtenu et pourquoi l’autre cheval ne l’a pas fait? ». »

Kate a ajouté que l’organisme de bienfaisance ne recevait qu’environ 40 cas de maladie par an au Royaume-Uni.

«Il suffit de regarder les réseaux sociaux et vous verrez au moins le double de ce nombre de cas et on ne nous en parle pas. Nous avons vraiment besoin que les gens nous contactent s’ils traitent une affaire », a-t-elle déclaré.

«Souvent, quand il y a un cas de mal de l’herbe, le propriétaire est dévasté et a toutes sortes d’autres choses à craindre, donc si nous pouvons informer les gens avant qu’ils aient jamais un cas, même si ce n’est qu’un rapport pour nous le dire ce qui s’est passé, alors nous sommes dans un bien meilleur endroit. Nous espérons vraiment que les propriétaires seront enthousiasmés par ce projet », a-t-elle déclaré.

Kate a ajouté un nouveau livret de mise à jour de la recherche produit par EGSF, avec un financement de la British Horse Society (BHS) et du World Horse Welfare, a aidé l’organisme de bienfaisance à créer l’idée de la bourse.

«Nous sommes très reconnaissants au BHS et au World Horse Welfare de nous avoir aidés à produire la mise à jour qui a contribué à ouvrir la voie à ce projet», a-t-elle déclaré.

Article continué ci-dessous…


L’essai sur le terrain pour un vaccin contre la maladie des graminées équines s’est avéré peu concluant, mais a également fourni de nouvelles informations sur

Des recherches récentes n’ont peut-être pas réussi à identifier la cause du mal des graminées, mais la volonté de comprendre cela est souvent fatale

Si vous souhaitez vous tenir au courant des dernières nouveautés du monde équestre sans quitter la maison, prenez un abonnement H&H


Beth Wells de Moredun a ajouté que la bourse rassemble une «équipe véritablement multidisciplinaire» travaillant en collaboration pour proposer de nouvelles approches.

«Nous sommes très reconnaissants à la Fondation Moredun et à EGSF pour leur clairvoyance dans le financement de ce poste qui, en plus de faire progresser de nouvelles idées et de nouveaux axes de recherche, impliquera un engagement étendu avec les vétérinaires et les propriétaires pour établir la base de données et la biobanque», a-t-elle déclaré.

Sylvia Ormiston, directrice du haras du domaine Balmoral, où les poneys du Queen’s Highland, Balmoral Lord et Balmoral Hercules, ont été perdus à cause de la maladie en 2018, a déclaré qu’elle était enthousiasmée par la nouvelle approche de la recherche.

«En tant que gérant de haras et propriétaire de poneys, je ne connais que trop bien les dégâts que cette terrible maladie peut causer et je suis heureux de soutenir la recherche de toutes les manières possibles. Nous espérons qu’ensemble, nous ferons des progrès pour essayer de vaincre cette maladie déroutante », a-t-elle déclaré.

Le magazine Le Blog Des Ecuries, sorti tous les jeudis, regorge de toutes les dernières nouvelles et rapports, ainsi que des interviews, des spéciaux, de la nostalgie, des vétérinaires et des conseils de formation. Découvrez comment vous pouvez profiter du magazine livré à votre porte chaque semaine, ainsi que des options de mise à niveau pour accéder à notre service en ligne H&H Plus qui vous apporte des nouvelles de dernière minute ainsi que d’autres avantages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Sur le même sujet

A lire aussi