PB1_6651.jpg

« Je me suis cassé la main pendant la course »: rencontrez la cavalière qui a fait ses débuts en pointant à 57 ans et qui est maintenant accro au sport – Le Blog Des Ecuries

Nikki Atkinson est la preuve que l’âge n’est qu’un chiffre et que le rêve de n’importe qui de monter en selle de course peut devenir réalité, quel que soit son âge.

En avril dernier, Nikki a enfilé des soies pour la première fois à l’âge de 57 ans et a fait ses débuts en course à point à point à Edgcote dans le Challenge Race, organisé par Farmers Bloodhounds.

Nikki était revenue dans les chevaux après une interruption de 10 ans – pendant laquelle elle avait travaillé et vécu à Londres – et a continué à former des pointeurs et à chasser des chevaux de course, tout en participant à des poursuites en équipe, des essais de chasseurs et du dressage de niveau inférieur.

«Je n’avais jamais monté sur des clôtures en steeple, mais j’avais monté et entraîné trois anciens chevaux de course à pointer, mais, bien sûr, cela impliquait de dresser un jockey pour la scolarité et les courses», explique Nikki. «Mes excuses étaient que j’étais trop vieux et pas assez bon ou courageux. Mais j’ai toujours eu un penchant pour ça, quand je regardais des jockeys galoper des chevaux par-dessus des clôtures scolaires pendant les premiers matins.

«J’étais toujours allé regarder des points à points et j’ai aidé à élever des chevaux d’amis. Quand j’ai regardé la Challenge Race un an, je me suis dit «je peux le faire». La Challenge Race a toujours été la dernière course de la journée et il n’y avait pas besoin de licence de jockey – il fallait juste s’abonner et chasser avec les Farmers Bloodhounds. »

Nikki n’était pas du tout découragé par la perspective de 13 clôtures, y compris le fossé ouvert, sur 1,7 mile.

« En tant qu’enfants, mon père nous a dit que vous pouviez faire tout ce que vous vouliez, si vous travailliez assez dur pour cela », ajoute-t-elle. «En faisant la course, je voulais aussi lever des fonds pour notre ambulance aérienne locale.»

La cavalière avait un partenaire de bonne volonté dans son ex-cheval de course Kayf Hill (alias Jack), qui a maintenant 12 ans. Une fois que l’idée de participer a été implantée dans son esprit, Nikki s’est tournée vers son voisin et entraîneur point à point local Chris Loggin pour aider.

«J’ai demandé si Chris allait former Jack et moi pour contourner le parcours, il a grogné quelque chose et j’ai donc pris cela comme un« oui ». Bien que mon mari, Michael, ait pensé que j’étais fou.

«C’était en octobre et la course n’a pas eu lieu jusqu’au printemps, alors j’ai eu beaucoup de temps pour me mettre en forme avec Jack. Chaque jour, j’étais à 5 heures du matin pour nettoyer quatre chevaux, puis j’étais en selle pendant 7 heures et je galopais dans les champs voisins. Je ne voulais pas avoir de jambes gelées pendant la course, j’ai donc fait autant de spinning et de course que possible avant de commencer le travail », ajoute Nikki.

Elle décrit la première fois au galop sur des clôtures de poursuite comme un «frisson» et elle était comme «un enfant dans un magasin de bonbons».

Elle dit: «En février de l’année dernière, j’ai eu ma première visite par moi-même sur les petites clôtures scolaires. Ensuite, la nièce de Chris, Sam, m’a rejoint et nous les avons sautés ensemble – quelques jours plus tard, nous avons essayé les plus grandes. Ma première fois à l’extérieur des grandes clôtures a été un immense frisson et tellement excitant. »

"Je me suis cassé la main pendant la course": rencontrez la cavalière qui a fait ses débuts en pointant à 57 ans et qui est maintenant accro au sport - Le Blog Des Ecuries 2020

Nikki Atkinson

« J’ai vu le sol venir vers moi »

Raceday est arrivé pour Nikki et Jack, qui se sentaient clairement bien.

«Je pouvais à peine retenir Jack en descendant au départ et me souvenir de penser« oh bien, vis ou meurs »», explique Nikki, qui a réussi à se casser un petit os dans la main pendant la course.

«Drapeau baissé et nous étions partis, je ne me souviens pas d’avoir franchi la première clôture, c’était aussi rapide. Je ne me souviens que de la deuxième clôture alors que Jack picorait à l’atterrissage, et j’ai vu le sol venir vers moi. Je me souviens avoir pensé «Je ne tombe pas à la deuxième clôture» et je me suis repoussé. C’est à ce moment-là que je me suis cassé l’os dans la main, même si je n’ai remarqué que plus tard dans la soirée lorsque ma main a commencé à enfler.

«Le reste de la course a été magique. On m’avait dit de m’asseoir avant le plongeon devant le fossé, mais Jack l’a sauté magnifiquement et j’ai pensé « c’est ce que ça doit être de voler. » J’ai eu le temps de ma vie avec tellement d’adrénaline volant autour de mon corps. Je comprends maintenant pourquoi tous les jockeys sont accrochés à ce sport incroyable. »

Suite ci-dessous…

Jay Tabb a fait un changement de carrière spectaculaire à l’âge de 32 ans et travaille maintenant dans la course

Si vous voulez suivre les dernières nouveautés du monde équestre sans quitter la maison, prenez un abonnement H&H

Nikki a également recueilli une somme impressionnante de 1 500 £ pour les ambulances aériennes du Warwickshire et du Northamptonshire.

«Heureusement, je n’en avais pas besoin», ironise le pilote, qui est maintenant accro au sport et souhaite plus d’expérience de course.

«La pandémie de coronavirus entraînera un monde très différent pour tout le monde mais, espérons-le, un meilleur endroit peut-être. Quoi qu’il en soit, les chevaux nobles et beaux que nous aimons et chérissons nous garderont sains et solides, comme ils le font toujours. »

Nous continuons de publier Le Blog Des Ecuries chaque semaine pendant la pandémie de coronavirus, ainsi que de Le Blog Des Ecuries à jour avec toutes les dernières nouvelles, fonctionnalités et plus encore. Cliquez ici pour info sur les abonnements aux magazines (six numéros pour 6 £) et l’accès à notre contenu premium H&H Plus en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Sur le même sujet

A lire aussi