Annie-and-Rory-FT-image.jpg

Joie de la tristesse: un survivant du mal des herbes accueille un deuxième poulain en bonne santé – Le Blog Des Ecuries

Une jument des Highlands «qui a choisi de combattre» le mal des herbes et a surmonté la perte d’une pouliche, a donné naissance à son deuxième poulain en bonne santé depuis qu’elle a survécu à la maladie.

Annie (Nighean An Dalaich de Murrayshall), poney de Jo Jack, basé à Fife, a été diagnostiquée avec le mal de l’herbe en juin 2016 alors qu’elle était au haras à l’âge de quatre ans.

Jo, qui a perdu quatre poneys à cause du mal des herbes en 25 ans, a raconté H&H son «cœur a coulé» lorsque la propriétaire du haras Mary McCall Smith a appelé avec la nouvelle.

«Parce que j’en avais perdu quatre à cause du mal aigu et sub-aigu de l’herbe dans le passé, j’ai supposé qu’il n’y avait aucune chance qu’Annie survive», a-t-elle déclaré.

« Le vétérinaire de Mary lui a donné 24 heures, et il y avait de nombreuses fois que vous pensiez que ça allait être le cas, mais ensuite elle se rallierait. »

Annie est restée au haras avec Mary, tandis que Jo a fait le voyage de trois heures pour visiter quand elle le pouvait.

«Nous avons réalisé très rapidement qu’Annie ne voulait pas de nourriture dure et nous ne voulions pas la forcer, mais nous avons constaté qu’elle voulait toujours manger de l’herbe. Nous pensons que c’est Annie qui a pris la décision de survivre », a déclaré Jo. « Comme je ne la voyais pas tous les jours, je pouvais vraiment voir les différences quand je l’ai visitée, au début cela signifiait que je la voyais empirer à mesure qu’elle perdait du poids, mais en y retournant, je pouvais alors la voir s’améliorer.

« Mary était fantastique et elle laissait Annie se déplacer dans les champs pour qu’elle reçoive toujours l’herbe qu’elle voulait, et un jour, Mary l’a trouvée en train de pincer sa nourriture pour moutons et nous savions qu’elle avait tourné un coin. »

Jo a dit qu’Annie a perdu environ 150 kg alors qu’elle n’était pas bien, mais environ neuf semaines après son diagnostic, elle a été scannée au poulain.

« Mary faisait scanner quelques juments et a décidé de scanner Annie, mais nous n’avons jamais pensé qu’il y aurait un embryon là-dedans après ce qu’elle avait vécu. » elle a dit. «Ce fut un choc et j’étais terrifiée à l’idée de comment nous allions garder suffisamment de condition pour elle.

«Je l’ai ramenée chez elle en octobre et elle a finalement recommencé à apprécier la nourriture. C’est une combattante, je me demandais si elle savait qu’elle devait manger pour son poulain. « 

Annie a mis bas à sa date d’accouchement, le 29 avril 2017, mais dans les 20 minutes suivant la naissance de la pouliche, Jo a déclaré qu’elle avait remarqué que quelque chose n’allait pas en raison du bruit de la respiration de la pouliche. On a constaté qu’elle avait un problème avec son palais mou et après trois semaines de traitement, elle a été arrêtée.

« C’était absolument déchirant, elle était si belle et Annie était la mère parfaite », a déclaré Jo.

« Le vétérinaire a dit que cela aurait simplement pu être malchanceux, ou que cela pourrait avoir quelque chose à voir avec son développement quand Annie a eu le mal des herbes, mais nous ne le saurons jamais. »

Jo a de nouveau mis Annie à l’élevage cette année-là et en mars 2018, elle a donné naissance à une pouliche en bonne santé, Saffron – connue sous le nom de Saffy.

« Annie est une très bonne maman, ce n’est pas une jument stressante qui, selon nous, l’a aidée pendant son combat », a-t-elle déclaré.

« Saffy s’est révélée être une vraie diva, elle se pavane en prétendant qu’elle est la patronne. »

L’année suivante, Jo a accepté de produire un poney appartenant à la famille Munro de Loandhu Stud et en retour, elle a eu l’opportunité pour Annie d’aller au haras. Le 8 juin 2020, Annie a donné naissance à un poulain en bonne santé, nommé Rory, par Strathmore Cameron.

Joie de la tristesse: un survivant du mal des herbes accueille un deuxième poulain en bonne santé - Le Blog Des Ecuries 2020

« Alan et Carolyn Munro ont été absolument superbes, le verrouillage s’est produit et ils ont fait tout le travail acharné. Ils ont déjà eu quatre pouliches et attendent patiemment l’arrivée de Rory », a déclaré Jo.

«Alan m’a envoyé beaucoup de photos et de vidéos et Rory est déjà très sympathique. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir le soutien de toute la famille Munro, Annie n’était pas la jument la plus facile à mettre là-bas, en tant que survivante du mal des herbes, mais ils se sont assurés qu’elle avait la meilleure herbe et qu’elle prenait si bien soin de sa. »

Article continué ci-dessous…


«Nous avons perdu Balmoral Lord et Balmoral Hercules à une quinzaine de jours les uns des autres; ils étaient nos étalons d’élevage –

Si vous voulez suivre les dernières nouveautés du monde équestre sans quitter la maison, prenez un abonnement H&H


Jo espère ramener Annie et Rory à la maison une fois que les restrictions de verrouillage le permettront.

« Chaque année, Annie a été de mieux en mieux, elle est une telle jument acceptante et si elle n’avait pas choisi de se battre, je ne pense pas qu’elle serait toujours là », a déclaré Jo.

«Je prends toujours chaque jour au fur et à mesure, et quand les gens me demandent ce qui va se passer pour Annie ou pour ses poulains, je dis toujours que je vais attendre et voir ce qui se passera ensuite. Perdre quatre à cause du mal des herbes et ensuite passer à travers avec Annie a été un excellent niveleur; Je n’aime pas trop planifier à l’avance et je préfère faire de petits objectifs parce que vous pouvez être si facilement déçu. « 

Nous continuons de publier le magazine Le Blog Des Ecuries chaque semaine pendant la pandémie de coronavirus, ainsi que de tenir Le Blog Des Ecuries à jour avec toutes les dernières nouvelles, fonctionnalités et plus encore. Cliquez ici pour info sur les abonnements aux magazines (six numéros pour 6 £) et l’accès à notre contenu premium H&H Plus en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Sur le même sujet

A lire aussi