DSCN1998.jpg

Rencontrez la dame qui révolutionne l’élevage en Afrique de l’Est – avec le meilleur des lignées britanniques – Le Blog Des Ecuries

Venetia Philipps a grandi parmi les haras et les écuries de course de Newmarket mais s’est installée au Kenya il y a 10 ans, travaillant sur un safari. Depuis qu’elle a assumé le rôle de gestionnaire de haras au Haras Sirai du pays lors de sa création en 2012, Venetia l’a développé en un centre d’élevage de classe mondiale, fournissant des techniques d’élevage modernes pour l’amélioration des chevaux pour les safaris, la compétition et le polo en Afrique de l’Est. Elle a complètement révolutionné l’élevage de chevaux dans la région.

Le haras appartient à Michael et Sarah Spencer et se trouve sur une crête isolée à l’ombre du mont Kenya, où les clients peuvent également profiter de l’expérience de safari.

«Sarah rêvait de courir beaucoup de chevaux sur une belle parcelle de terrain», explique Venetia, qui avait l’habitude de monter des chevaux de race kenyane en safari. « J’ai vu qu’il n’y avait peut-être pas assez d’os dans beaucoup de chevaux pour transporter les invités sur la distance qu’ils parcouraient. »

Elle a acheté trois chevaux de safari d’Afrique du Sud pour Michael et Sarah, un mélange de frison avec le natif Boerperd.

« Ils fonctionnaient si bien que nous avons décidé entre nous de créer un haras et d’élever des chevaux afin que l’Afrique de l’Est puisse bénéficier de différentes races de chevaux et profiter d’autre chose que ce qui a toujours été sur le marché », explique Venetia. «Généralement, ça a toujours été le poney éthiopien ou le pur-sang kenyan. Très peu de lignées ont été introduites. »

Venetia le décrit comme un «projet vraiment excitant et amusant» mettant en scène de nombreux étalons différents pour les poneys éthiopiens, généralement petits mais résistants et robustes, et les élevant.

Elle a pris contact avec le professeur pionnier de l’élevage Twink Allen et le Dr Sandra Wilsher, qui ont aidé le haras à faire venir des lignées du monde entier et ont enseigné à Venetia tout, de l’échographie aux juments d’échographie à l’insémination et au transfert d’embryons.

« Au cours des huit dernières années, il est passé de trois chevaux à un peu plus de 50 », explique Venetia, qui a également développé une relation étroite avec West Kington Stud dans le Wiltshire, en important du sperme de certaines des meilleures lignées du Royaume-Uni, y compris certains de nos natifs races.

Parmi les étalons qui ont été utilisés figurent Powerblade, Party Trick (par Chilli Morning), le projet irlandais Corrindon Dancer, le Connemara Dark Stranger, New Forest Wayland Cranberry et le fils de Nimmerdor N Aldato.

«Il y a beaucoup d’opérations de safari différentes dans ce pays – il y en a qui veulent vraiment aller en enfer pour le cuir, puis il y en a qui traversent d’immenses terrains», dit-elle. «Donc, pour créer le cheval de safari ultime, ce que nous voulons vraiment faire, vous devez proposer différentes races de chevaux. Une race ne peut pas convenir à tout le monde. « 

L’importation du sperme peut être un cauchemar logistique – les expéditions arrivent généralement au Kenya en quelques jours, mais il faut encore quatre à cinq jours pour se rendre à Sirai Stud, où elles sont placées directement dans leurs réservoirs de stockage.

L’article continue ci-dessous…


Vous pourriez aussi être intéressé par:

Si vous voulez suivre les dernières nouveautés du monde équestre sans quitter la maison, prenez un abonnement H&H


Le succès phénoménal du haras dans un laps de temps relativement court signifie que le marché des lignées britanniques en Afrique de l’Est est en plein essor et qu’un nouvel établissement incroyable est en cours de construction sur la ferme de Spencers pour agrandir et accueillir les juments visiteuses pour le transfert d’embryons et l’insémination artificielle. Ce sont des moments très excitants pour les lignées et l’élevage en Afrique car ils profitent du meilleur des Britanniques.

Vous pouvez entendre beaucoup plus de Venetia Philipps et tout le travail en cours au Sirai Stud au Kenya à cet enregistrement d’un webinaire organisé par British Breeding.

Nous continuons de produire Le Blog Des Ecuries en tant que magazine hebdomadaire pendant la pandémie de coronavirus, ainsi que de maintenir notre site Web à Le Blog Des Ecuries à jour avec les dernières nouvelles, les fonctionnalités et plus encore. Cliquez ici pour plus d’informations sur les abonnements aux magazines et accéder à notre contenu premium H&H Plus en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Sur le même sujet

A lire aussi